Aller au contenu principal

Médiathèque de la MSH Mondes

Contenus

Couverture spatiale est exactement Chine
Recherche avancée
  • Femme du groupe Hmong

    Dans plusieurs groupes Hmong (ici chez les Hmong Noirs du district de Jinping), les femmes mariées portent des postiches faits de fils de laine pour augmenter le volume de leur chignon en couronne, symbole d’union et de fécondité.
  • Femme du groupe Hmong

    Femme du groupe Hmong « Fleuris » occupée à des travaux de broderie (Zhemi, district de Jinping, préfecture de Hekou).
  • Veuve Yao

    Tout comme les jeunes filles, les veuves portent chez les Yao « Têtes rouges » un turban noir, marque de leur non-droit à la sexualité. Les jeunes enfants sont parés d’une coiffe protectrice jusqu’à l’âge de cinq ans. Celle-ci représente toujours la trinité auspicieuse d’inspiration han:«nombreuse descendance— longévité– émoluments » sous la forme de cauris ou bien de pièces rondes en argent frappés des idéogrammes correspondants.
  • Femme Yao Mohong

    Après le mariage, les femmes Yao Mohong sont tenues de se raser la tête à intervalles réguliers afin de marquer leur statut marital. Elle arborent quotidiennement une coiffe conique rouge assimilée à un phallus. Celle-ci est prise dans un serre-tête métallique représentant le vagin. La conjonction de ces deux objets vaut comme allégorie de l’union féconde. Même symbolisme pour les boucles d’oreilles qui affectent la forme d’une flèche pénétrant un cercle.
  • Jeune fille Yao Mohong

    Région de Jinping (préfecture de Hekou). Jeune fille Yao Mohong (« Tête rouge ») reconnaissable par son turban, qu’elle porte seulement le jour du marché.
  • Maison conçue à l'image d'un buffle

    Maison conçue à l’image d’un buffle, animal sacrificiel voué aux ancêtres. Leur nombre sert de maître étalon pour la renommée de leur propriétaire. Chez les Wa, la cuisine, lieu du foyer domestique, de l’autel aux ancêtres et « cœur » de la maison est identifiée à la tête de l’animal.
  • Chapeaux « tigres »

    À l’image des De Ang, la plupart des minorités du Yunnan ont repris l’usage des Chinois Han qui consiste à protéger la tête des enfants (lieu de concentration des composants spirituels de la personne) contre l’agression des forces maléfiques au moyen de chapeaux « tigres ».
  • Femme De Ang en tenue d’apparat

    Femme De Ang en tenue d’apparat (région de Luxi, district de Baoshan). Jusqu’à la venue de leur premier enfant, ces femmes portent à l’oreille de lourds pendentifs ayant la forme des antiques tambours de bronze utilisés depuis au moins deux millénaires par les Proto-Indochinois pour communiquer avec les ancêtres et les divinités célestes. Après le mariage, elles portent des anneaux autour du cou, des poignets et de la taille, marques de leur lien conjugal.
  • Femme De Ang

    Femme De Ang portant un sac de semences, identifiable seulement par sa coiffe. Région de Luxi, district de Baoshan.
  • Groupe de Wa de la région de Lancang

    Groupe de Wa de la région de Lancang attendant l’autobus pour se rendre en ville. Reconnaissables par leurs pipes et leurs sacs.
  • Femme Wa du district de Lancang

    Femme Wa du district de Lancang (préfecture de Simao) partant aux champs. Seules marques d’appartenance ethnique : ses parures (indices d’une femme mariée) et la pipe bourrée du tabac de montagne qu’affectionnent les hommes et les femmes de ce groupe à partir de la quarantaine.
  • Riziculteur austro-asiatique du groupe Wa

    Riziculteur austro-asiatique du groupe Wa travaillant une parcelle dans le district de Lancang. Du fait d’une pression démographique déjà ancienne, les paysans, au prix d’efforts considérables, ont “sculpté” les flancs des montagnes en étagements de rizières irriguées, symboles d’un univers maîtrisé et fécond qui décorent , sous forme de motifs géométriques, les costumes des femmes de certains groupes tibéto-birmans, tels les Niu de Xinping et Yanyang.
  • Vue du bassin encaissé de la Salween

    Vue du bassin encaissé de la Salween près de la frontière avec le Myanmar. Les réseaux hydrauliques de quatre grands fleuves asiatiques (le Yangtzé, le Mékong, Le fleuve rouge et la Salween) arrosent le Yunnan.
  • Prix de thèse 2016 : Valérie Vandenabeele : Les nouveaux horizons des Tibétains de Pudacuo. Politique, conservation et globalisation dans le premier parc national de Chine (Shangri-La, Yunnan)

    Prix de thèse 2016 : Valérie Vandenabeele : Les nouveaux horizons des Tibétains de Pudacuo. Politique, conservation et globalisation dans le premier parc national de Chine (Shangri-La, Yunnan) [Images animées] / Valérie Vandenabeele, participante ; Vanessa Tubiana-Brun, réal. - Nanterre : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, 2017. - URL : https://vimeo.com/207092985
  • Maître Xue au temple du Dieu de la Ville. Shanghai (Chine)

    Maître Xue Mingde (né en 1928) au temple du Dieu de la Ville. Shanghai (Chine), 2014. Photo Long Feijun
  • Le fouet en queue de cheval taoïste

    Moine taoïste de l’obédience Quanzhen, maître d’arts martiaux, et son fouet en queue de cheval (fuchen) au temple Chisong. L’usage de cet instrument aux fonctions rituelles militaires souligne les liens intrinsèques entre arts martiaux et exorcisme dans le taoïsme. Province du Hunan (Chine), 2013. Photo Georges Favraud
  • Envoi de la requête

    Maître taoïste de l’obédience de l’Un Orthodoxe (Zhengyi) en fin de rituel d’envoi de requêtes à la hiérarchie céleste (songbiao) au temple Baiyun. Il effectue une transe et visualise les divinités dans son corps, tout en dématérialisant par le feu le papier sur laquelle la requête a été transcrite. Shanghai (Chine), 2007. Photo Georges Favraud
  • Moine taoïste de l’obédience Quanzhen avec ses fiches oraculaires en bambou (à gauche) dans un temple de la ville de Hanzhong (Shaanxi, Chine), 2000

    Moine taoïste de l’obédience Quanzhen avec ses fiches oraculaires en bambou (à gauche) dans un temple de la ville de Hanzhong (Shaanxi, Chine), 2000. Photo Adeline Herrou
  • « Taiji quan des origines » d'un maître taoïste de l'obédience Zhengyi. Pratique matinale dans un parc. Pékin (Chine), 2013

    « Taiji quan des origines » d'un maître taoïste de l'obédience Zhengyi. Pratique matinale dans un parc. Pékin (Chine), 2013. Photo Adeline Herrou
  • Femme médium dans sa maison

    Femme médium dans sa maison située près du temple du roi dragon à Shanghai (Chine), 2012. Photo Long Feijun
  • Bimo Jiang

    Bimo Jiang (Jiang Zhuoyuan), 88 ans, bimo le plus âgé des Sani. Yabashan (Yunnan, Chine), 2015. Photo Aurélie Névot
  • Moines bouddhistes du Monastère de Gaomin

    Moines bouddhistes de la salle de méditation revenant du réfectoire. Monastère de Gaomin, Yangzhou (Chine), 2013. Photo Joshua Capitanio
  • Nonne taoïste de l’obédience Quanzhen au temple Huangting

    Nonne taoïste de l’obédience Quanzhen au temple Huangting. Province du Hunan (Chine), 2013. Photo Georges Favraud
  • Yingkong et le maître de fengshui

    La nonne Yinkong du temple Da Jinshan examine avec un taoïste géomancien de Pékin la construction de ses futurs quartiers d’abbesse honorée (fangzhang). Province du Jiangxi (Chine), 2014. Photo Catherine Despeux
  • Yingkong et la nonne de Taiwan

    L’abbesse bouddhiste Yingkong (née en 1921) avec une nonne taïwanaise (Jiangxi province), 2014. Photo Catherine Despeux